53 % de télétravailleurs en plus à cause du coronavirus
Working at home

53 % de télétravailleurs en plus à cause du coronavirus

Dans le cadre d’une enquête menée tous les deux ans à la demande d’ACERTA, le panel en ligne de Bpact est interrogé sur différents thèmes en lien avec l’environnement de travail. Ce volet de l’étude se concentre sur le télétravail. En septembre 2020, 2.072 répondants ont été interrogés sur leur expérience du télétravail. Suite à la crise de coronavirus, le nombre de télétravailleurs a augmenté de 53 %. 4 travailleurs sur 10 ne peuvent cependant pas faire de télétravail.

Les ouvriers et le personnel exécutif ne peuvent pas faire de télétravail

Depuis le début du mois de novembre, le télétravail est de nouveau la norme mais malgré les avis des autorités, il reste impossible pour 39 % des travailleurs. Ce chiffre est toutefois sensiblement moins élevé qu’il y a deux ans quand le télétravail n’était pas une option pour 60 % des travailleurs. Il est plus particulièrement impossible ou presque pour les ouvriers et le personnel investi de tâches exécutives de télétravailler, 6 sur 10 devant être présents physiquement sur le site de leur société pour effectuer leur travail.

Hannelore Van Meldert, experte en télétravail et manager chez Acerta Consult : « On voit que le groupe le plus flexible pour le télétravail est aujourd’hui composé du management supérieur et intermédiaire. Pourquoi ne retrouve-t-on pas aussi cette flexibilité au niveau du personnel de soutien administratif et exécutif ? Le télétravail a aussi du potentiel dans ce cas et les travailleurs sont par ailleurs demandeurs. Il est intéressant pour les employeurs d’élargir le télétravail moyennant une bonne planification et des accords entre les dirigeants et les collaborateurs bien évidemment. »

Graphique 1 : Pouvez-vous choisir vous-même aujourd’hui l’endroit où vous travaillez (chez vous, bureau régional, siège, …) ?

Le modèle hybride est l’avenir

Deux à trois jours de télétravail et le reste au bureau semble être la répartition idéale d’une semaine de travail pour les Belges actifs. Le groupe de travailleurs qui fait actuellement du télétravail deux ou trois jours par semaine souhaite maintenir cette situation. Celui qui télétravaille moins de deux jours aimerait passer plus de temps à la maison et celui qui travaille de la maison plus de trois jours par semaine aimerait passer plus de temps au bureau. Une combinaison on et offsite paraît donc idéale et cela est clairement lié au fait que tant les avantages que les inconvénients du télétravail sont aujourd’hui beaucoup plus clairs pour de nombreuses personnes.

Graphique 2 : Nombre de jours effectifs de télétravail vs. nombre de jours de télétravail souhaités

Hannelore Van Meldert : « Les Belges qui veulent travailler à temps plein de chez eux ou à temps plein au bureau sont clairement minoritaires. Parmi les employés par exemple, 24 % souhaitent travailler tous les jours au bureau et 12 % tous les jours de la maison. Le modèle hybride semble l’emporter. La politique RH va devoir être adaptée en ce sens. Nous pensons dans ce cas à la révision des formalités pratiques, par exemple, concernant le remboursement des frais ou les indemnités de mobilité. »

Secteur, taille de l’entreprise et âge sont déterminants

Le secteur, la taille de la société et l’âge sont déterminants pour la mentalité de télétravail des travailleurs.

Secteur

Le télétravail est moins important dans les secteurs des boissons et de l’alimentation ou de la construction (deux jours) que dans le secteur public (quatre jours par semaine), le secteur informatique ou l’industrie pharmaceutique (trois jours et demi).

Taille de l’entreprise

Le télétravail est moins répandu dans les petites entreprises que dans les grandes organisations. Il s’agit en moyenne de deux jours et demi par semaine dans les entreprises employant entre un et cinquante travailleurs et de trois jours dans les organisations avec plus de cinq cents travailleurs.

Âge

Les collaborateurs âgés de 18 à 34 ans veulent télétravailler plus que les plus de 50 ans. 42 % des 50 ans et plus et 29 % des moins de 34 ans ne veulent absolument pas télétravailler. Un quart des 50 ans et plus travaillent aujourd’hui effectivement de chez eux 5 jours par semaine.

Laisser un commentaire